L’art à Malescasse

Les oeuvres de Château Malescasse

En art, comme pour le vin, tout est affaire de passion. A Malescasse, les plaisirs du vignoble se conjuguent avec les émotions que procurent les œuvres disséminées çà et là, et de cette fusion de sens naît un équilibre essentiel entre tradition et modernité, dynamisme et esthétisme. Bernar Venet, Ingo Maurer, Schlosser, Braun Vega, … Parmi les plus grands noms de l’art et du design contemporain ont signé des oeuvres aujourd’hui à Malescasse, certaines ayant été spécialement créées pour le domaine.

Ingo Maurer – Lustre du cuvier

Ingo Maurer, né en 1932, est un designer et un entrepreneur allemand spécialisé dans l’éclairage contemporain.

De 1954 à 1958, Ingo Maurer étudie les arts graphiques à Munich. Il part travailler quelques années à New York et en Californie, avant de fonder son atelier Design M à Munich en 1963 et de se consacrer au design d’ensembles lumineux.
Il crée des installations éphémères pour Paris, New York, Milan, Amsterdam…

Il reçoit en 2000 le Lucky Strike Designer Award.

Ses créations se caractérisent par un style poétique, enchanteur et humoristique, mais gardent toujours un grand pouvoir d’enchantement.

Ses créations font partie des collections de design des grands musées.

Bernar Venet – 223,5° x 10 (Cour du Château)

Bernar Venet, est un artiste français, né en 1941 en Provence. Il réside aux Etats-Unis où il s’est fait connaître pour ses sculptures d’acier et ses dessins.

Dans les années 60, il montre des toiles recouvertes de goudron. Sa notoriété débute durant cette période avec la réalisation d’une sculpture sans forme spécifique composée d’un tas de charbon versé à même le sol. Sa faculté d’abstraction intellectuelle et son goût pour le raisonnement mathématique et l’expérimentation le conduisent à ce qui sera bientôt l’art conceptuel. Dans les années 80, il met en place la structure de base de ses Lignes indéterminées. Il les réalise en acier et les installe dans de nombreux espaces urbains et collections publiques, notamment à Nice, Paris, Berlin, Tokyo, Strasbourg, Pékin, Austin, San Francisco, Musée de Grenoble. En 2011 le sculpteur installe des oeuvres monumentales dans les jardins de Versailles.

Bernar Venet – 223,5° x 10 (Cour du Château)

Bernar Venet, est un artiste français, né en 1941 en Provence. Il réside aux Etats-Unis où il s’est fait connaître pour ses sculptures d’acier et ses dessins.

Dans les années 60, il montre des toiles recouvertes de goudron. Sa notoriété débute durant cette période avec la réalisation d’une sculpture sans forme spécifique composée d’un tas de charbon versé à même le sol. Sa faculté d’abstraction intellectuelle et son goût pour le raisonnement mathématique et l’expérimentation le conduisent à ce qui sera bientôt l’art conceptuel. Dans les années 80, il met en place la structure de base de ses Lignes indéterminées. Il les réalise en acier et les installe dans de nombreux espaces urbains et collections publiques, notamment à Nice, Paris, Berlin, Tokyo, Strasbourg, Pékin, Austin, San Francisco, Musée de Grenoble. En 2011 le sculpteur installe des oeuvres monumentales dans les jardins de Versailles.

Bocci – Luminaire hall du Château

Fondée en 2005 à Vancouver par Randy Bishop et Omer Arbel, la marque d’éclairage design Bocci produit des véritables sculptures de lumière qui découlent d’une recherche sur les qualités physiques et chimiques des matériaux. Les collections sont nommées avec des simples chiffres, mettant l’accent sur leur position chronologique dans le processus créatif du directeur artistique, l’architecte et designer Arbel, et sont principalement produites en verre soufflé à la main.

Herman Braun Vega – Central Park

Si les mots ” interpictural “, “interpicturalité ” n’existaient pas (comme les mots ” intertextuel “, “intertextualité ” n’existaient pas avant 1960), l’oeuvre de Herman Braun-Vega, peintre né à Lima (Pérou) en 1933, serait là pour les rendre nécessaires. La série spectaculaire de ses tableaux peints à partir des années 50, confirme que la ” beauté ” -celle laissée en héritage par les grands maîtres de jadis- est encore présente dans l’art d’aujourd’hui et cela par la magie d’un peintre métis hors du commun.

Herman Braun Vega – Central Park

Si les mots ” interpictural “, “interpicturalité ” n’existaient pas (comme les mots ” intertextuel “, “intertextualité ” n’existaient pas avant 1960), l’oeuvre de Herman Braun-Vega, peintre né à Lima (Pérou) en 1933, serait là pour les rendre nécessaires. La série spectaculaire de ses tableaux peints à partir des années 50, confirme que la ” beauté ” -celle laissée en héritage par les grands maîtres de jadis- est encore présente dans l’art d’aujourd’hui et cela par la magie d’un peintre métis hors du commun.

Gérard Schlosser – J’ai faim / Tu la vois l’alouette

Shlosser est un peintre français né en 1931.

Dès ses premières toiles il fait le choix de la figuration. Il devient très vite le peintre du choix parcellaire. Les personnages n’apparaissent que par des éléments corporels : jambe, épaule, nuque, poitrine, main… Les thèmes sont choisis d’après des photos qu’il prend personnellement.

Il le dit et le répète « je ne suis pas un peintre réaliste » mais il est sans aucun doute un peintre du réel ou plus exactement du rapport des hommes avec le réel.

Les titres de ses oeuvres viennent confirmer cette idée : ils évoquent l’histoire individuelle de ses personnages. Le titre devient la composante écrite de la peinture, il prolonge mentalement l’oeuvre et en indique un sens qui permet au spectateur de dépasser l’image et de s’orienter vers un ailleurs supposé.

Schlosser progresse sans cesse dans sa réinvention de l’image il joue encore et toujours avec la réalité des personnages du lieu et du tableau lui-même.

Alice Anderson – (Pas de titre)

Alice Anderson, née en 1976 est une sculptrice et vidéaste franco-britannique. Ella travaille principalement avec le fil de cuivre. Elle réalise jusqu’en 2007 des films, puis elle commence à réaliser des tableaux avec des éléments de son propre corps. Ce n’est qu’en 2011, qu’elle commence ses oeuvres tissées en fils de cuivre. Elle a donc commencé à recouvrir tous types d’objet (Pipe, voiture, arme à feu…). Son objectif est de « mémoriser » les objets dans le temps pour conserver leurs données physiques. Lors d’une exposition à Londres, Alice Anderson à invitée les visiteurs à momifier une Ford Mustang, performance collective qui a duré 3 mois.

Alice Anderson – (Pas de titre)

Alice Anderson, née en 1976 est une sculptrice et vidéaste franco-britannique. Ella travaille principalement avec le fil de cuivre. Elle réalise jusqu’en 2007 des films, puis elle commence à réaliser des tableaux avec des éléments de son propre corps. Ce n’est qu’en 2011, qu’elle commence ses oeuvres tissées en fils de cuivre. Elle a donc commencé à recouvrir tous types d’objet (Pipe, voiture, arme à feu…). Son objectif est de « mémoriser » les objets dans le temps pour conserver leurs données physiques. Lors d’une exposition à Londres, Alice Anderson à invitée les visiteurs à momifier une Ford Mustang, performance collective qui a duré 3 mois.